TikTok : les challenges dangereux ont la cote

TikTok : les challenges dangereux ont la cote

Depuis peu, les vidéos de jeunes relevant différents défis ont des milliers de vues sur TikTok. Du « Momo Challenge » au « Challenge de la cicatrice », en passant par le « Labello Challenge » ou encore le « Blackout Challenge », tous ont comme point commun d’être des défis dangereux. Pourquoi plaisent-ils ? Nous décryptons ce phénomène dans ce qui suit.

Quels sont ces challenges qui font fureur ?

Les challenges dangereux sont plébiscités par les jeunes sur le réseau social TikTok. Ils cumulent des milliers de vues et ceux qui en sont les plus friands sont les adolescents dont l’attrait pour les réseaux sociaux est flagrant. D’après une enquête d’ExpressVPN, plus de la moitié des enfants de 4 à 13 ans interrogés déclarent y avoir accès malgré la limite d’âge imposée par la majorité des réseaux sociaux. Par ailleurs, plus les enfants grandissent, plus ils aiment traîner sur ces plateformes sociales.

En moyenne, les enfants britanniques et américains de 4 ans y passent 21 minutes par jour contre 45 minutes par jour pour les enfants de 13 ans. Dans tous les cas, cela leur laisse largement le temps de consommer les contenus les plus en vogue comme le Challenge de la cicatrice qui consiste à se pincer violemment pour qu’une fausse cicatrice apparaisse. À ce sujet, Phonandroid lance l’alarme sur les risques de laisser des traces à vie.

D’autres phénomènes comme le Momo Challenge inquiètent également ; il pousse les enfants à faire des actions violentes. Le Labello Challenge incite à la scarification et le Blue Whale Challenge est une série de défis se clôturant par le suicide. Quant au Blackout Challenge, il consiste à retenir la respiration jusqu’à ce que l’intéressé s’évanouisse.

A LIRE :   Les 7 meilleurs conseils pour partager des documents sensibles

Cette pratique est-elle nouvelle ?

Il faut savoir que le fait de se lancer des défis ne date pas d’hier chez les jeunes. Dans les cours d’école, divers challenges se sont déjà succédés bien avant l’ère des réseaux sociaux. Le plus célèbre reste le « Jeu du foulard » qui est expliqué par Aufeminin.com. Il consiste à s’étrangler jusqu’à l’évanouissement. Ce jeu se pratique seul ou en groupe.

Il y a aussi eu le « Petit pont massacreur », un jeu dans lequel celui dont le ballon passait entre les jambes est la cible des autres élèves. Cependant, ces phénomènes se sont amplifiés depuis la démocratisation des plateformes comme TikTok.

Comment expliquer l’attrait pour ces challenges dangereux ?

Si ces défis ont la cote auprès des adolescents, c’est pour différentes raisons. D’une part, les jeunes ont ce besoin de repousser leurs limites en vue de se construire. D’une autre part, ils ont un fort besoin d’intégration, puisque ces challenges constituent un point commun entre les jeunes. Y adhérer leur confère un sentiment d’appartenance et un moyen de se faire des amis. D’ailleurs, TikTok prône un effet de communauté puissant, ce qui y explique la présence d’un nombre important de jeunes.

Il faut savoir qu’à la base, TikTok a été conçu pour se lancer différents challenges (défis de danse, de chant, de mode, de sport, etc.). Aujourd’hui, cela a dévié sur ces défis dangereux qui sont considérés comme un jeu pour les jeunes. Pour éviter cette banalisation du risque, les parents doivent sensibiliser leurs enfants et surveiller de plus près leurs pratiques sur ces plateformes.

Post Comment